1. Mao et l'économie chinoise

 

Après la guerre civile, de 1945 à 1949, les communistes prennent le pouvoir. A ce moment-là, l'économie est dévastée, Mao Zedong prend le pouvoir en 1949 et instaure la République populaire de Chine, il cherche à relancer l'économie du pays grâce au "Grand Bond en Avant" (de 1958 à 1960), une collectivisation des biens, mais n'y parvient pas et sème la famine dans le pays.

Il s'agissait d’un processus économique qui avait pour but d’accélérer considérablement le développement économique et technique du pays tout en obtenant de meilleurs résultats que ceux obtenus dans les premières années du Régime par la collectivisation agricole, élargissement des infrastructures industrielles et la réalisation de projets de travaux publics d'envergure.

L'exploitation des terres était basée sur la collectivisation et le regroupement en 74 000 communes populaires, qui pouvaient elles même se composées de 1000 à 100 000 paysan, selon les régions. Le profit personnel n'existant pas, le fruit des récoltes des paysans était reversé aux communes populaires, qui redistribuaient le tout équitablement. Cependant, les paysans étaient autorisés à cultiver des parcelles individuelles et pouvaient alors revendre leurs produits aux coopératives d'état pour un parvenir à mince revenu supplémentaire.

Mao essaya aussi d'industrialiser la chine, et ordonna la création de 600 000 fourneaux à travers la Chine. Ces fourneaux étaient destinés à faire fondre les métaux pour créer et commercialiser de l’acier. Tous les paysans participèrent, dans un élan de fierté communiste, et donnèrent beaucoup de leurs objets métalliques, comme des marmites, ou encore leurs outils pour les faire fondre. Mao glorifiait les paysans qui eux, en retour, le vénéraient. Rien ne devait se dresser contre le Grand Bond En Avant, pas même les oiseaux. Selon Mao, A chaque fois qu’un oiseau mangeait un grain de riz, il privait la population chinoise de nourriture, c'est pour cela qu'il ordonna une mobilisation générale de toute la chine dans le but de tuer les oiseaux.


Image de propagande sur l'objectif de production d'acier.
Le texte indique : « Considérez l'acier comme un élément clef,
pour un bond en avant dans tous les domaines »

 

C'est à partir de cet acte que le Grand Bond En Avant commence à perdre de sa crédibilité. La mort des oiseaux est synonyme d'un surplus d'insectes, qui dévorèrent les cultures et les résultats furent désastreux, bien pire que si les oiseaux n'avaient pas été exterminés. La production d'acier, elle aussi marqua la chute du Grand Bond En Avant, car elle emprunta des millions de travailleurs des champs pour les faire travailler aux fourneaux.

Le processus du Grand Bond En Avant est donc un échec. Il engendra des cultures ratées, qui s'en suivit d'une famine.

Près de 20 millions de personnes seraient mortes de malnutrition et de famine à travers le pays entre 1959 et 1962.

 

2. La politique de Deng Xiaoping

 

C'est Deng Xiao Ping, surnommé le Petit Géant de par sa petite taille mais Géant par ses actions, qui initie la chine à l'ouverture économique à la fin des années 1970. Il restaure les parcelles privées et rend les marchés plus libres. Il instaure les quatre modernisations, qui sont l'objet de ses réformes. Les «Quatre Modernisations» couvraient les domaines suivants : l'agriculture, l'industrie, les sciences, la technologie et la défense nationale. Le But de ces Quatre Modernisations était de faire de la chine une des grandes puissances économiques du 21eme siècle. La Chine décida donc d’accélérer le processus de modernisation en augmentant le volume de ses échanges commerciaux et en ouvrant son marché, en particulier pour l’achat de machines en provenance du Japon et de l’Occident.

Dans les années 80', après la mort de Mao Zedong, la politique économique de la Chine est moins restreinte, Deng Xiaoping ouvre les frontières par le biais de zones économiques spéciales, les multinationales étrangères peuvent ainsi s'installer et investir dans le pays. Elles auront tendance à le faire car la main d'œuvre en Chine est beaucoup moins coûteuses que dans les pays occidentaux, de plus, elle est abondante (forte population). En échange de cette main d'œuvre, les usines ne sont pas démanteler lors de la délocalisation des entreprises ce qui permit à la Chine d'acquérir de nouvelles technologies sans passer par la recherche. Les deux côtés étaient rentiers.

Les résultats de la politique de Deng Xiao Ping sont nombreux et positifs. Tout d'abord une plus grande liberté d'expression, que les chinois attendaient tant, et qui était interdite sous le régime de Mao. Les chinois ayant émigré auparavant sont de nouveau les bienvenus en Chine et peuvent revoir leur famille après des décennies d’absence. Il règne aussi une plus grande ouverture d'esprit chez les chinois, qui peut même être perçue chez Deng Xiao Ping, qui ira rencontrer le président américain Jimmy Carter en 1979. L'augmentation du pouvoir d'achat et l’évolution du niveau de vie sont aussi issu de ces politiques, et créent le choix, qui était jusqu'alors très limité pour les chinois, et vient aussi la mode, la diversité, dans les vêtements par exemple, mais vient aussi plus important, la volonté de développer la consommation. Des Publicités se font voir dans la rue, ce qui est nouveau pour les chinois. L’ouverture au tourisme est aussi importante. De plus en plus d'occidentaux se rendent en chine, le nombre de touristes en chine est d’à peu près 1 million et il est aussi synonyme de profits pour l’état.


Deng Xiao Ping


3. Transferts de Technologies


  La Chine fait partie des NPI (Nouveaux Pays Industrialisés), un groupe de pays, qui, en 1960 ont commencé un important décollage industriel dans les années 1960. Son industrialisation commence donc dans les années 60'. Les pays du NPI ont pu démontrer au reste du monde qu'ils pouvaient rattraper le reste du monde économiquement amorcer un décollage industriel. On voit aussi, que dans les années 1960, 60% de la population active en Chine travaillait a la campagne, puis, dans les années 1960 à 1990, on observe que seulement 30% de la population active ne travaillait a la campagne. À partir de 1979 les réformes économiques de type capitaliste s'accélèrent, bien que la rhétorique de style communiste soit conservée. . Dans le même temps, l'économie chinoise s'ouvre vers l'extérieur. Le 1er Janvier de cette année, les États-Unis reconnaissent diplomatiquement la République populaire de Chine, délaissant les autorités de Taïwan. Les contacts commerciaux entre la Chine et l'Occident commencent à sedévelopper. À la fin de 1978, l'entreprise aéronautique Boeing annonce la vente de plusieurs avions 747 aux compagnies aériennes de la RPC, et la compagnie de boissons Coca-Cola rend publique son intention d'ouvrir une usine de production à Shanghai.


Une canette Coca-Cola chinoise


On assiste alors à un phénomène que nous nommerons : le transfert de technologie. Il consiste en l'acquisition d'une forme d'avancée technologique ou scientifique par un pays à un autre pays qui ne la possède pas. Ce pays offre les technologies, les brevets, les plans, les usines, les ingénieurs…, le tout abrité dans une co-entreprise généralement dirigée par un Chinois, (parfois en échange d'une commande groupée comme pour l'aéronautique). Très souvent, le transfert de technologie arrive avec l’implantation d’une entreprise dans un autre pays. Dans le cas de la Chine, ce sont les firmes européennes et américaines qui ont acceptés des transferts de technologie pour pouvoir s’implanter sur place. il y a de nombreux exemples comme Airbus. Dans le cas de cet exemple précis l’usine Airbus à TianJin qui est l’exacte réplique de l’usine Airbus de Hambourg ou de Toulon. Les machines, l’ingénierie , et même jusqu’à la formation des ouvriers chinois sont copiés et ajustés. Les ouvriers parviennent alors à se qualifier que les ouvriers des usines d’Europe.

En 2016 est prévu la fabrication du premier avion chinois 250 places conçu sur le modèle de l’Airbus A320, une question se pose donc, n’a-t-on pas été trop loin dans le transfert de technologie ?

La réponse est simple, pour pouvoir vendre en chine, il faut produire en chine, et par ce biais apprendre a des ouvriers chinois la nouvelle technologie. Aussi, si une firme refuse de faire un transfert de technologie, elle perdra le marché chinois, qui est continuellement en expansion. Il est calculé qu’en 2020 un avion sur cinq vendus sera chinois, pour Airbus la Chine représente 20% de sa production totale soit une centaine d’appareils. Si une firme se décide à ne pas pratiquer le transfert de technologie elle peut être sure qu’une autre firme, elle, ne se privera pas. Aussi le transfert de technologie rapporte de l’argent a la firme qui la pratique, et cet argent peut servir a garder une avancée technologique sur la Chine, qui a pas mal de retard dans le domaine des moteurs d’aviation par exemple.

Le transfert de technologie ne concerne pas seulement le domaine de l’aviation.

Le domaine du TGV est aussi concerné. Dés le début, les firmes chinoises cherchent à contacter ALSTOM, une firme française connue et reconnue, pour un transfert de technologie. Cette dernière refuse. La Chine demande donc a la firme allemande VELARO et a la firme japonaise SHINKANSEN, qui acceptent le deal avec les chinois.

Le TGV Chinois est a présent plus efficace que le TGV français. Le TGV chinois a une vitesse maximale de 350 km/h, tandis que le TGV français a une vitesse maximale de 320 km/h...

 tgv-chinois-a2-crh3.jpg

 

Mais le transfert de technologie effectué par VELARO et SHINKANSEN pourrait très bien se retourner contre eux car déjà, la Chine est la mieux placée pour répondre aux demande de l’Arabie Saoudite qui souhaiterait un réseau ferroviaire afin de relier les lieux saints.

 

4. L'économie socialiste de marché

 

Depuis 1992, La Chine a décidé  d'adopter une « économie socialiste de marché » (terme inventé pour cette politique de marché spécifique). Cette économie repose sur l'altruisme des chinois. Elle consiste en un côtoiement du libéralisme économique (les entreprises se sont pour la plupart émancipées de l'État, elles sont libres de leur choix) et d'un contrôle politique autoritaire. Cette situation peut paraître contradictoire, car le pays allie une politique communiste où les citoyens sont considérés dans leur ensemble contrairement à leur économie qui prône une liberté des entrepreneurs.

  L’économie socialiste de marché repose aussi sur un partage équitable des richesses et des propriétés collectives. Elle vise à privilégier le secteur public parallèlement aux autres domaines de l’économie. La chine se doit de garder ses idéaux communistes, mais d'un autre côté de développer le pays en attirant des capitaux étrangers en utilisant des méthode qu'elle aurait réfuté quelques années auparavant car trop «capitalistes» Le but est de créer un marché intérieur à la Chine qui serait équilibre entre les villes et les campagnes dans l'objectif d’accéder à un vaste marché international. L’état ne se soucie donc plus de la micro-économie et cherche à contrôler le bon fonctionnement de l’économie nationale par le biais de la protection sociale, de la distribution des revenus, ainsi que des encouragements et de l’équilibre des richesses. Tout cela se basant sur une modernisation et une nouvelle gestion de l'état. Le résultat est très positif. En 10 ans, le PIB en chine connu une forte croissance. Il est passé de 369,7 milliards de dollars en 1985 à 581,1 milliards en 1993 et encore à 989 milliards de dollars en 1999, soit presque le triple sur une période de 14 ans ! Même avec cette croissance vertigineuse, la chine reste un pays essentiellement rural et pauvre, comme l'atteste son PIB par habitant, qui est seulement 91eme au rang mondial en 1996, résultat d'un lourd retard économique. Désormais le PIB par habitant est de 4 382 $ par tête ce qui la classe 93°. Le PIB national serait donc trompeur mais reste significatif de la situation économique du pays. 


 

Malgré tout, la montée économique de la Chine semble être due à ce système peu commun encore jamais adopté dans un autre pays même si la Chine sembvle grandemment dépendante des autres pays en raison d'une exportation de masse.

Ainsi, on peut se demander ce que ce système a apporté à la Chine que nous connaissons.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site